RETOUR AU SOMMAIRE



 
 

FILLETTES AU CIMETIERE AMERICAIN DE COLLEVILLE SUR MER. COMPRENDRE QUE SOUS CHACUNE DE CES CROIX, DORT UN MORCEAU DE LIBERTE, CONNAITRE SON PASSE, LE RETRANSMETTRE POUR MIEUX VIVRE L'AVENIR. 

Nous vivons aujourd'hui dans un pays en paix, les armes se sont tues depuis 60 ans. Le souvenir de la faim qui tenaille le ventre, des soldats et des civils qui meurent à la guerre, de l'occupation Allemande ne sont plus présents que dans l'esprit de nos parents et grands-parents. Nous profitons chaque jour des bienfaits de la Liberté : Nous pensons, parlons, nous nous déplaçons à notre guise .  Nous sommes libres de nos choix, cela est le plus important, les durs souvenirs du temps passé n'ont jamais fait partie de notre vie, nous sommes nés libres et n'avons  jamais connu autre chose que la paix . Alors pourquoi faire ressurgir des images douloureuses, qui ne nous concernent pas ?... L'histoire appartient au passé, on ne construit pas un avenir avec le passé. C'est peut-être ce que vous pensez.

Pourtant, tout dans notre vie de tous les jours nous rappelle à l'histoire : notre langue Française vieille de dix siècles, notre écriture, notre calendrier , nos fêtes,  nos coutumes, nos traditions , notre tenue vestimentaire... La liberté fait également partie de notre patrimoine. Qui serions nous aujourd'hui si des gens d'une autre époque n'avaient sacrifié leurs vies pour redevenir libres  ? .En quoi devaient ils être sacrifiés à notre bien-être ?.... Toutes les réponses à ces questions nous amènent à comprendre que ce dont nous profitons chaque jour nous a été offert, donné sans contrepartie, que d'autres que nous ont payé de leur vie une liberation dont ils ne profiteront jamais. Se recueillir sur la tombe des ces témoins de l'histoire, c'est les remercier de leur héritage, comprendre aussi que sous chaque croix, dort un morceau de Liberté. Le devoir de mémoire,  c'est faire en sorte que toutes ces souffrances n'aient pas été acceptées pour rien.... Nous pouvons tous faire quelque chose, quelque soit notre geste, pour mériter le sacrifice de gens qui nous ressemblaient tant. Par exemple, déposer chaque année, un bouquet de fleurs sur la tombe d'un soldat en adhérant à l'association "LES FLEURS DE LA MEMOIRE". Pour connaitre cette association ou y adhérer, cliquez ici

LETTRE A UN AMI

Mon ami, mon frère, ta vie ne ressemble pas à la mienne. Tu est mon ami sans que nous ne nous connaissions, sans que je sache ton nom, tes goûts et ce que tu voulais faire de ton existence. je ne sais presque rien de toi, sinon que nous avions presque le même âge et que comme toi la vie et la Liberté me sont plus importants que toute chose. je suis né libre, je ne connais rien d'autre que la paix. je vis dans un pays où chacun s'exprime , parle, aime, refuse, en toute liberté et selon ce que sa conscience lui dicte. Je me demande parfois ce que j'ai réalisé pour mériter autant, alors qu'autour de moi l'oppression, la haine et l'injustice entrainent chaque jour des innocents dans le néant.

Je ne te connais pas et pourtant tu me manques. Je ne sais de toi que tes derniers instants, sur une plage dont tu ignorais tout, jusqu'à son  nom : UTAH, OMAHA, GOLD JUNO, SWORD s'entrechoquent dans mon esprit. Je te vois courir à perdre haleine, puis t'arrêter subitement, t"effondrer sur le sable, inerte et déjà loin du fracas et de la mitraille. Je vois tes frères s'affairer autour de toi, puis se relever et courir à leur tour. Courir vers leur salut, vers la survie. je ne sais de ton histoire que quelques secondes, moments furtifs saisis au hasard d'un assaut vers la Liberté. J'ignore tout de toi et pourtant je sens ton souffle derrière mon épaule. 

Tu dors, dans ton immense pré de Normandie, entouré de tes frères d'armes,  le coeur léger. Tu t'es endormi un matin de juin 1944 pour que je puisse me reveiller libre bien des années plus tard. Tu es parti si tôt que je n'ai pu croiser ton regard et te remercier du cadeau que tu m'avais fait.. Liberté... Qu'il est beau ce mot... C'est le tien, mon frère, mon ami. Celui que tu m'as offert il y a déjà 59 ans. Tu le vois, malgré le temps qui passe, je ne t'oublie pas et j'ai gardé ton cadeau bien à l'abri des convoitises. de temps en temps je le place au creux de mes mains et le regarde pendant un long moment.. Liberté... Le contempler me rapproche à chaque fois un peu plus de toi. Aujourd'hui, nous sommes le 6 juin et je penserai à toi encore plus qu'à l'habitude... Je me rendrai sur la plage et  regarderai le ciel, dans l'espoir de voir ta silhouette se détacher de l'horizon. Ce jour t'est dédié, mon ami... Il est dédié à tous tes frères que je ne connais pas plus que toi mais qui m'ont laissé un mot en héritage... Liberté


STEPHANE DELOGU - JUIN 2003

J'ai écrit ce texte en prose en pensant à tous ceux qui ont donné leur vie pour un mot : LIBERTE. En contemplant les croix blanches de Colleville sur Mer, j'ai la sensation de me trouver face à des amis, à des frères dont le temps qui passe et leur destin tragique sont les uniques choses qui nous séparent. Nous n'oublierons jamais leur sacrifice. 

Stephane DELOGU
WEBMASTER

VERSION IMAGE DE LA LETTRE A UN AMI
TELECHARGER