RETOUR AU SOMMAIRE


PAR IGOR GEILER


 

Afin d’assurer le transport des armées alliées sur le continent européen, le SHAEF décide la construction d’une immense flotte de péniches de débarquement. En tout, le 1er juin 1944, à la veille du débarquement, les Alliés disposent en Grande-Bretagne de 3601 péniches de transport ! Il va sans dire que la construction de tous ces navires a demandé un énorme effort de la part des Anglo-Américains. Cela n’a d’ailleurs pas été facile. 

En effet, lorsque l’amiral King ( le commandant de la flotte US en Grande-Bretagne) s’installe à Falmouth le 15 juillet 1943, il n’a quasiment aucune barge à sa disposition. Au mois de septembre de la même année, la force amphibie américaine prévue pour Overlord dispose alors de 100 péniches. Ce chiffre est faible, mais il s’explique en partie par le fait que les Américains sont également engagés dans la guerre du Pacifique, celle-ci réclamant aussi un grand nombre de navires amphibies. Le 13 février 1944, Londres est le siège d’une importante conférence, dont le but est de savoir combien de navires de débarquement seront nécessaires pour Overlord. 

Les besoins sont tellement importants qu’il est décidé de reporter le débarquement en Normandie début juin ( au lieu de mai), et le débarquement en Provence ( opération Anvil) au 15 août 1944. Ainsi, l’industrie américaine obtient un moi de production supplémentaire ; d’autre part l’opération Anvil voit son importance réduite. Nous allons maintenant nous intéresser aux différents types de navires de débarquement. Ceux-ci peuvent être classés en trois grandes catégories : transport d’infanterie, transport de véhicules, péniches de soutien.
 

TRANSPORT D’INFANTERIE

Landing Craft Assault : c’est une péniche de construction britannique, le plus petit modèle pour débarquer des troupes. Sa naissance remonte à l’été 1938, après la crise de Munich. Sentant que la guerre est proche, le gouvernement britannique charge la Royal Navy de mettre au point une péniche de débarquement. Le LCA est donc l’ancêtre des nombreuses péniches utilisées le 6 juin 1944. Ce navire a une silhouette basse, un faible tirant d’eau, et des moteurs peu bruyants. Sa tenue en mer est relativement bonne, à condition que le temps ne soit pas mauvais, et que le LCA ne soit pas surchargé. Le blindage est faible, car prévu uniquement contre les tirs d’armes légères. Cette embarcation est en contreplaqué. Les premiers LCA ont été utilisés en mai 1940, à Narvik. Au cours de toute la guerre, 1 929 engins de ce type ont été construits, et 371 ont été perdus ( dont 267 en 1944). En 1944, 60 LCA sont produits chaque mois par les arsenaux anglais !

Caractéristiques : 12,55 mètres de long ; de 0,55 à 0,75 mètres de tirant d’eau ; déplacement de 13 tonnes à pleine charge ; vitesse de 7 à 11 nœuds ; équipage de 4 marins ; peut pour embarquer 35 hommes et 400 kg d’équipement. Un armement facultatif est prévu, cela comprend 1 FM Bren, 2 mitrailleuses et 2 mortiers de 50 mm.


 Photo 1 : à Juno, des LCA amènent sur la plage des soldats canadiens du Régiment de la Chaudière. Crédit : IWM

Landing Craft Vehicule Personnel : péniche de construction américaine. Comme son nom l’indique, cette péniche est capable d’embarquer de l’infanterie, mais aussi des véhicules légers, comme par exemple la célèbre Jeep. Le LCVP dérive du LCV, une barge polyvalente mise au point dans la seconde moitié de 1942. Néanmoins, le LCV souffrait d’un manque de blindage ( même si plus de 2 000 modèles ont été construits pour la Royal Navy). C’est pour cela qu’a été conçu le LCVP, en effet, celui-ci possède un blindage, des emplacements pour mitrailleuse, un poste de pilotage abrité, ainsi qu’une radio. La tenue à la mer est correcte. Au total, 23 358 LCVP furent construits durant la guerre, ce qui constitue un record !
Caractéristiques : 10,97 mètres de long ; de 0,66 à 0,91 mètres de tirant d’eau ; déplacement de 9 tonnes ; vitesse de 9 nœuds ; équipage de 3 marins ; prévu pour embarquer 36 hommes, ou 3 tonnes de cargaison, ou un véhicule léger. L’armement se compose de 2 mitrailleuses de 7,6 mm.

Landing Craft Infantry, Large : embarcation de construction américaine. En avril 1942, les Britanniques demandent aux Américains de construire des péniches de grande dimension, capables d’embarquer jusqu’à 200 hommes. Ces navires sont en effet destinés aux opérations d’envergure, loin des bases de départ. A la fin de 1942, les premiers LCI( L) commencent à sortir des chantiers américains. Ces péniches ont connu un grand succès. Contrairement aux LCA et LCVP, la mise à terre ne se fait pas grâce à une rampe, mais avec des passerelles disposées de part et d’autre de l’étrave. Les hommes à bord embarquent 48 heures avant le débarquement, de plus ils ont tous une couchette. En raison de leur taille, les LCI( L) ne participent pas à l’assaut ; ils servent pour débarquer les unités de réserve et de renfort.

Caractéristiques : 48,30 mètres de long ; de 1,62 à 1,80 mètres de tirant d’eau ; déplacement de 380 tonnes à pleine charge ; vitesse de 14 nœuds ; équipage de 24 hommes ; prévu pour embarquer 6 officiers et 182 hommes. L’armement comprend 4 canons de 20 mm.

Photo 2 : à Gold, les hommes de la 50th division débarquent d’un LCI. Crédit : IWM

Landing Ships Infantry : il ne s’agit pas de péniches de débarquement, mais de grands navires de transport de troupes. Ce sont en fait des paquebots ou des navires de commerce qui ont été transformés. Les LSI sont équipés pour pouvoir emporter des LCA ou des LCVP. Il n’y a pas vraiment de modèles standard pour les LSI, on les classe alors en fonction de leur taille, de L ( large) à S ( small). Ces navires sont extrêmement utiles, car ils permettent de transporter plusieurs centaines d’hommes ( jusqu’à 1 500), lors d’un seul trajet.

Caractéristiques d’un LSI ( L) du type Glenroy : déplacement de 9 809 tonnes ; vitesse de 18 nœuds ; équipage de 280 marins ; capacité pour embarquer 1 000 hommes, ainsi que 3 LCM et 24 LCA .



Photo 3: fin avril 1944, le LSI HMS Monowai est en exercice. On peut voir les rangées de LCA sur le côté. Crédit : IWM


TRANSPORT DE VEHICULES

Landing Craft Motor : tout comme les LCA, c’est en 1938 qu’ont commencé les études devant mener au LCM. L’origine remonte à 1926, lorsqu’un chantier britannique mit au point le Motor Landing Craft n°1. Il s’agissait d’une péniche polyvalente, pesant plus de 18 tonnes, et capable d’embarquer soit un véhicule, soit une centaine d’hommes. Un modèle dérivé, le MLC n°10, fut utilisé lors de la campagne de Norvège, en mai 1940. Cependant, tous les exemplaires utilisés furent perdus à Narvik. La Royal Navy mit donc au point son propre modèle, le LCM Mark 1. Celui-ci pouvait transporter un char de 14 tonnes, et être embarqué par de gros navires. En tout, plus de 500 LMC Mark 1 furent construits durant la guerre. A leur tour, les Américains construisirent un LCM dérivé, le Mark 2, capable d’embarquer un char de 16 tonnes. Exactement 147 exemplaires furent construits. Cependant, ce type souffrait d’un problème d’étanchéité. Il fut donc mis au point d’autres versions, les LCM Mark 3 ( 8 631 exemplaires !) et Mark 6 ( 2 718 exemplaires). Ce dernier peut emporter un Sherman de 30 tonnes. A titre de comparaison, il faut remorquer que les LCM  américains étaient meilleurs que les britanniques : plus grande capacité, meilleure stabilité car le véhicule est placé sous la ligne de flottaison. A l’inverse, les LCM Mark 1 ont tendance à rouler, ce qui peut avoir des conséquences dramatiques, avec l’embarquement d’eau de mer et le chavirage.

Caractéristiques du LCM Mark 1 : 13,60 mètres de long ; 1,22 mètre de tirant d’eau ; déplacement de 35 tonnes à pleine charge ; vitesse de 6,5 nœuds ; équipage de 6 marins ( avec un officier pour 3 LCM) ; prévu pour embarquer soit un véhicule de moins de 16 tonnes ( un char, un camion), soit 2 DUKW, soit 6 Jeeps, voire même 2 canons de 37 mm avec leurs tracteurs, ou bien encore une centaine d’hommes. L’armement comprend 2 mitrailleuses légères.
Caractéristiques du LCM Mark 3 : 15,94 mètres de long ; 1,22 mètre de tirant d’eau ; déplacement de 52 tonnes à pleine charge ; vitesse de 8 nœuds ; équipage de 4 marins ; peut embarquer 1 char de 30 tonnes type Sherman, ou 30 tonnes de chargement, ou bien 60 hommes. Ce modèle est armé de deux mitrailleuses lourdes.

Landing Craft Tank : les LCT sont de grands chalands de débarquement, dont la longueur dépasse les 35 mètres. Le premier prototype est expérimenté à la fin de 1940, suite à une demande de l’Amirauté. Celle-ci souhaite en effet disposer de grandes péniches, capables de transporter des chars de 40 tonnes, et également de traverser la Manche ( en vue d’un futur débarquement). Une première version, le LCT Mark 1, est construite en 1941, à 99 exemplaires. Dix-sept d’entre eux furent perdus lors de l’évacuation de la Grèce et de la Crète, au printemps 1941. Arrive ensuite un second modèle, le LCT Mark 2, d’une capacité légèrement supérieure. 199 exemplaires en sont construits. Puis les Britanniques mettent au point une troisième version, le LCT Mark 3, plus long de 10 mètres par rapport au Mark 2. Cela permet d’embarquer jusqu’à 11 chars  Sherman, ou 5 Churchill. Au total, 348 modèles de ce type sortent des chantiers britanniques. 
 



Photo 4 : quelques heures avant le débarquement, des LCT (5) américains embarquent des véhicules. Crédit : IWM

Néanmoins, les LCT Mk3 ont une tirant d’eau un peu trop important, pour les plages en pente très douce des côtes de la Manche. C’est pour cette raison que sont construits les LCT Mark 4, avec un tirant d’eau moins important ( 854 exemplaires). Les capacités des chantiers britanniques sont cependant limitées, et donc les Américains construisent à leur tour leur propre modèle, les LCT Mark 5 ( 470 exemplaires), puis une version améliorée, le LCT Mark 6 ( 965 exemplaires). Les LCT de fabrication américaine sont plus courts que leurs équivalents britanniques, mais ils sont tout de même très performants.

Caractéristiques du LCT Mark 4 : 57,10 mètres de long ; 1,22 mètre de tirant d’eau ; déplacement de 200 tonnes ; vitesse de 8 nœuds ; équipage de 12 marins ; prévu pour embarquer 6 chars de 40 tonnes ou 9 chars de 30 tonnes ( avec leurs équipages), ou bien 12 camions de 3 tonnes, ou bien encore 350 tonnes de cargaison. Il est armé de 2 canons de 20 mm.
Caractéristiques du LCT Mark 6 : 36,70 mètres de long ; 1,22 mètre de tirant d’eau ; déplacement de 284 tonnes à pleine charge ; vitesse de 8 nœuds ; équipage de 12 marins ; peut transporter 4 chars Sherman, ou 3 chars de 50 tonnes, ou 150 tonnes de cargaison. Même armement que sur le LCT Mark 4.


Photo 5 : devant Sword, des LCT (4) attendent de pouvoir débarquer des véhicules sur la plage. Le char au premier plan appartient au 13/18th Hussars. Crédit : IWM

Landing Ship Medium : à l’origine, cette péniche est appelée LCT Mark 7. Mais elle est tellement grande qu’elle devient une classe à part de péniches de débarquement. C’est en fait un véritable bâtiment de haute-mer, apte aux traversées transocéaniques. Le LSM opère normalement avec les LCI ( L) ; seuls les Américains ont en construit.

Caractéristiques : 62 mètres de long ; tirant d’eau de 2,12 mètre ; déplacement de 741 tonnes à pleine charge ; vitesse de 13,5 nœuds ; équipage de 52 marins ; capacité pour embarquer 5 chars moyens, ou 3 chars lourds, ou encore 9 DUKW. Il est armé de 6 canons de 20 mm.

Landing Ship Tank : après l’évacuation de Dunkerque, la Royal Navy souhaite acquérir de grands transports de chars. Ces navires devaient posséder un faible tirant d’eau, pour pouvoir s’échouer sur une plage. Mais ils devaient également être conçus pour les traversés transocéaniques. Cette double exigence a donc posé des problèmes de conception. Au début, les Alliés se contentent de transformer des pétroliers ou des navires de commerce. Cependant, cela n’est pas très satisfaisant. Les Britanniques décident alors de produire les premiers LST, fabriqués spécialement pour des débarquements. Il s’agit du LST (1). Mais ce premier modèle n’est pas une réussite, et donc seulement 3 exemplaires sont construits. Vient ensuite une seconde version, le LST (2), conçu aux Etats-Unis. Plus simple de conception, ce type de péniche peut donc être produit en masse. Le tirant d’eau est faible, de plus grâce à un système de ballast, il peut varier en fonction des circonstances ( débarquement ou haute-mer). Enfin, l’usage de la soudure assure une grande solidité ( contrairement aux rivets).
 


Photo 6 : à Utah Beach, des LST américains s’apprêtent à toucher terre. Crédit : IWM

Caractéristiques du LST (2) : 100 mètres de long ; tirant d’eau de 2 mètres ; déplacement de 4 080 tonnes à pleine charge ; vitesse de 10,8 nœuds ; équipage de 211 marins ; prévu pour transporter 18 chars Sherman, ou 27 camions de 3 tonnes chargés et 8 jeeps plus 177 hommes. En tout, 2 100 tonnes de chargement. Enfin, le navire est armé de 1 canon de 75 ou 40 mm, et de 6 pièces de 20 mm.

Photo 7 : début août 1944, à Utah Beach, un LST débarque sur la plage des chars de la 2ème DB. Crédit : ECPA


LES PENICHES DE SOUTIEN

Ces navires ont pour mission de protéger les péniches de débarquement. Protection contre les mines sous-marines, contre la Luftwaffe, mais aussi appui-feu aux troupes combattant sur les plages.

LCA Hedgerow : ce modèle dérive du LCA évoqué précédemment. Ici, le compartiment transport est armé de 4 batteries de 6 mortiers ( dans le fond du bateau). Le tir groupé des obus de mortiers doit permettre l’explosion des mines sous-marines, mouillées à proximité des plages, afin de dégager le passage des péniches de débarquement.

Landing Craft Flak : il s’agit de LCT (3) et (4) modifiés, destinés à combattre les attaques de l’aviation ennemie, à basse altitude. Ces navires ont une grosse puissance de feu, et peuvent donc lutter également contre les S-boote ( vedettes rapides lance-torpilles), voire même tirer sur les bunkers et nids de mitrailleuses ennemis. Le LCF 4 est ainsi armé de 4 canons de 40 mm « Pom-pom », et de 8 autres canons de 20 mm. Il y a en tout 66 hommes d’équipage.

Landing Craft Gun : suite à l’opération Torch ( débarquement en Afrique du Nord), les Britanniques ont l’idée d’installer des canons sur une barge de débarquement. En effet, grâce à son faible tirant d’eau, ce type de  péniche peut s’approcher tout près de la côte, afin de bombarder les poches de résistance ennemies. Les LCG sont basés sur les LCT (3) et LCT (4). Les canons utilisés ont été pris sur de vieux destroyers déclassés. Cela fournit un excellent appui-feu, tout en permettant d’économiser de vrais navires de guerre. L’armement se compose de 2 pièces de 127 mm, plus 2 canons de 40 mm et 2 canons de 20 mm. Enfin, il y a un équipage d’une quarantaine de marins.


Photo 8 : vue d’un Landing Craft Gun en position de tir. Crédit : IWM

LCT Rocket : Yves Buffetaut a baptisé ce modèle « les orgues de Staline sur la mer ». Il s’agit en effet de LCT qui ont été armés de roquettes. La péniche peut ainsi bombarder de manière intensive une zone complète, juste avant le débarquement, après que l’artillerie de marine ait cessé ses tirs. Le LCT Rocket peut emporter jusqu’à 1080 roquettes de 127 mm ! Celles-ci sont tirées en seulement 30 secondes, dans une zone de 700 mètres de front sur 220 mètres de profondeur. Autant dire que si le tir est précis, les effets de ce pilonnage sont alors très impressionnants, notamment sur le moral de l’ennemi.

Photo 9 : en avril 1944, durant des manœuvres à l’île de Wight, deux LCT Rocket avancent en ligne. Crédit : IWM


 

Landing Craft Support : le LCS (S) a pour mission de fournir un appui-feu rapproché aux premières vagues d’assaut. Il est en effet armé d’un affût double de 12,7 mm, de 2 mitrailleuses de 7,6 mm, ainsi que de 2 lance-fusées et de pots fumigènes. Quand au LCS (M), il est principalement chargé de créer un écran de fumée en cas de besoin. Son armement se compose de 2 mitrailleuses de 12,7 mm, 2 autres de 7,6 mm, avec en plus une centaine de fumigènes.

Bibliographie : BUFFETAUT Yves, Les navires du débarquement, Marines éditions